D’autres vies, le chemin des cœurs : lorsque les morts nous parlent (2)


Parmi les informations que je reçois durant des visualisations ou des moments méditatifs, certaines ont pris une place importante. Elles concernent des vies autres que la mienne mais des vies auxquelles je suis liée. Ce sont d’autres morts qui viennent parler : des morts que j’aurais été, d’autres moi, d’autres parts de moi.

Il m’a fallu des années avant de comprendre la nature de ce lien et je remercie celles et ceux qui m’ont éclairée à ce sujet durant ce cheminement.


Première hypothèse : des vies antérieures


Ma première interprétation se porta sur la réincarnation. Si notre conscience n’a pas de limites au contraire de notre corps physique, alors il était possible qu’elle s’incarne à nouveau et reprenne le cours d’une nouvelle vie. Peut-être ce phénomène n’avait-il pas de fin ?

Je consignai patiemment les informations recueillies sous la forme de visions ou de films assez courts mais toujours très parlants et riches d’émotions. Dans un premier temps, sautant d’une époque à l’autre, d’un sexe à l’autre, d’un âge de la vie à l’autre, ce furent surtout les morts de mes alter ego qui me furent présentées. Cette suite macabre ne m’accablait pas mais je m’en lassais et demandais à voir autre chose.

En une série de visions, espacées de plusieurs jours à plusieurs mois, je découvris une vie originelle, dans une tribu. Des pans entiers de cette existence se dévoilèrent, associant les joies et les peines d’une vie nomade, le chagrin et la perte des êtres chers. Des images que j’avais cru appartenir à des rêves d’enfance se représentaient et donnaient corps à une affinité de toujours avec ce type d’existence et ce peuple.

Par la suite, scènes de morts violentes et bribes d’autres vies vinrent à ma conscience. Je compris qu’elles ne se présentaient pas de façon aléatoire mais qu’elles venaient m’informer, pointer des éléments qui pouvaient m’éclairer dans ma vie d’aujourd’hui. Et en effet, elles amenaient un point de vue différent sur certaines problématiques qui restaient insolubles, elles mettaient en lumière des difficultés que j’avais essayées de régler par ailleurs.

Peu à peu, se mit en place une façon d’articuler les bribes de ces vies avec la mienne, de les libérer toutes ensemble de leur poids de souffrance pour orienter autrement ma vie actuelle. Cette façon de travailler m’a accompagnée quelques années et je l’ai régulièrement employée pour mes consultant.e.s avec de bons retours. Cette méthode a fonctionné pour moi et m’a permis de grandes avancées.


Deuxième hypothèse : des vies parallèles


Entre lectures et rencontres mais surtout par l’expérience, cette pratique s’affina et se transforma. Je compris que ces vies m’apportaient des éléments pour changer ma trajectoire mais qu’il m’était aussi possible d’envoyer à mes alter ego de l’énergie pour les soutenir à leur tour et leur permettre, pourquoi pas, de changer eux/elles aussi leur propre destinée.

Cette compréhension ne s’est pas faite en un jour et elle a nécessité plusieurs étapes pour que mon cerveau accepte de l’envisager comme hypothèse de travail ! Cette hypothèse remettait complètement en question le concept du temps. Autant la réincarnation permet de s’appuyer sur la linéarité chronologique, autant cette simultanéité des temps implique de perdre ou de changer de repères. Si le temps n’est plus une simple succession de moments révolus, il existe alors une multitude d’espaces temps. Ce qui implique que ma réalité n’est pas la seule réalité. J’avais pu accepter qu’il existe une dimension invisible au-delà de la perception de nos cinq sens et que notre conscience seule est capable d’arraisonner, il me fallait passer à un autre degré d’ouverture.

De plusieurs réalités à une infinité de réalités, c’était un grand pas à franchir. Et je finis par le faire car d’une expérience à une autre, ces découvertes et ces rencontres avec mes alter ego se révélèrent d’une rare intensité. Non seulement je retirais de grands bénéfices du fait d’accéder à ces informations privilégiées venant d’autres vies mais je développais l’ouverture de mon cœur en aidant ces autres moi et en tissant un lien d’amour entre nous, par delà les dimensions.

Ma consœur Marjorie Staath parle à propos de ces autres moi, d’«âmes complémentaires ». Mon âme et ces autres âmes forment un ensemble où toutes sont reliées et peuvent s’apporter mutuellement aide et soutien. En partageant nos expériences et nos points de vue, j’ai pu affiner et déterminer le mien.


Troisième hypothèse : le chemin des cœurs


Nombreux sont les alter ego qui sont morts lorsque je découvre leur parcours mais ils reprennent ou poursuivent leur vie en étant bel et bien vivants. A leurs yeux, peut-être suis-je moi aussi une morte qui ne demande qu'à vivre encore sa vie, en la modifiant ? Peut-être est-ce là la prochaine étape à franchir ? Abolir la frontière entre la mort et la vie ?

En continuant à expérimenter pour moi et à tester cette pratique avec mes consultant.e.s, j’ai réalisé que l’enjeu majeur de ce que je réceptionnais pour moi ou pour d’autres, était de rétablir le chemin entre nos cœurs respectifs.

Lorsqu’une autre vie vient parler à notre oreille, elle met en lumière un phénomène traumatique qui vient impacter les deux alter ego, quoique de façon différente. Il s’agit alors de lever ce poids et de le remplacer par un élément fluide et bénéfique qui nourrira la relation entre les alter ego. De l’énergie, de l’amour. En reconnectant les cœurs et en faisant circuler l’énergie d’amour entre eux, nous transformons les liens toxiques en liens de joie et de soutien.

Ce lien peut réunir un ensemble nombreux d’âmes complémentaires ou alter ego et permettre à chacun.e de s’appuyer sur un réseau important et riche de ressources diverses et d’énergie. Entre ces êtres, c’est un amour inconditionnel qui s’échange et nourrit chacun.e.

Aujourd’hui, je pose des questions à l’assemblée de mes alter ego et je m’appuie sur l’amour qu’ils peuvent me transmettre ; c’est aussi devenu un outil de choix durant mes consultations qui m’emplit de gratitude. Des visions d'autres vies : sortir des repères du temps pour ouvrir des cœurs à eux-mêmes et les relier, quelle belle entreprise.


Cœur ouvert et conscience déployée,

Myriam Bendhif-Syllas


Crédit image : Stéphane DIREMSZIAN, Portrait ancien, tous droits réservés. http://www.corpserodes.net.

Marjorie Staath, Guérir grâce à ses âmes complémentaires, 2017.

Philippe Guillemant, La Route du temps, 2014.

Brian L. Weiss, - Nos vies antérieures, une thérapie pour demain, 2005.

- Une même âme, de nombreux corps, 2006.