Des enfants... fantastiques !



Cet ouvrage est né de la rencontre avec mon éditrice. Nous venions de nous engager ensemble dans la parution des Perceptions intuitives des enfants et des adolescents, essai à destination des adultes, parents, professionnels. Je parlais de mes écrits jeunesse et de l'envie d'écrire sur le sujet des perceptions intuitives de la conscience pour les plus jeunes. A son tour, elle évoqua la collection qu'elle venait de créer avec sa sœur : "Éveil et Sens" puis les premiers titres de la collection.

Cette collection, cette approche me parlèrent aussitôt. Je lui proposai d'écrire un livre sur ces questions, dans l'esprit de la collection. Elle dit oui et les choses suivirent leur cours.


Je commençai un roman, court et accessible, dont l'intrigue s'imposa rapidement et je compris qu'une partie explicative pourrait être un bon complément. Je souhaitais au départ présenter les différentes capacités de perception que j'évoquais, mais en écrivant, ajouter des conseils et astuces concrets me parut évident. Des enfants fantastiques venait parler aux enfants et pré-ados, d'expériences qu'ils pouvaient vivre ou d'expériences similaires, et sans pour autant que cela soit une histoire fantastique ou effrayante. Il y a des phénomènes qui questionnent, qui posent problème mais ces enfants trouvent des solutions et des voies possibles pour permettre à chacun.e d'évoluer.


Les jeunes lecteurs s’approprient leurs perceptions intuitives à travers l'entraide, l'amitié, la communication entre les personnages. Personne n'a à rester seul.e avec ce qu'il.elle vit. Un peu de confiance amène à trouver des personnes avec qui être qui l'on est, d'abord parce que l'on s'accepte soi mais aussi parce que l'autre peut accepter qui l'on est.

Cassandra une adolescente de 13 ans fait d’étranges rêves : ce sont le plus souvent des rêves prémonitoires d’événements inquiétants. Elle ne sait pas quoi faire de cela et n’a personne à qui se confier. Lorsqu’elle découvre qu’Eliott, son jeune voisin, voit, lui, des fantômes, sa situation change du tout au tout. Ensemble, ils vont chercher à comprendre ce qui leur arrive et trouver des ressources et des solutions. Sur leur route, un autre duo haut en couleurs les rejoint. Tous les quatre se mettent à partager et à se soutenir.

Ils découvrent qu’ils ne sont pas seuls à vivre des choses similaires, qu’ils peuvent vivre avec leurs capacités et les apprivoiser, et que se comprendre soi-même et être soutenu par des amis fidèles est le meilleur moyen de dissiper la peur.

Ce livre débute son histoire et ce qu'il suscite déjà correspond à ce que j'espérais : que des parents ou des proches aient envie de faire lire ce livre à un.e enfant, à un.e jeune qu'ils connaissent... et de le lire eux-mêmes ! Qu'il permette de parler ensemble et par la parole, se sentir ensemble concernés par ces sujets touchant à la vie, à la mort, à l'être humain dans tout ce qu'il est. Ce livre ouvre aussi de nouveaux champs d'écriture possibles pour moi, sur d'autres sujets que je n'aurais pas imaginé travailler et c'est vraiment génial !

Alors je vous laisse, et je retourne écrire, une araignée jamais trop loin... Aujourd'hui, elle est passée du clavier à l'écran avant de revenir se positionner sous ma main. Elle se laisse même toucher. Je la laisse transmettre ce qu'elle veut transmettre. Confiance, paix, joie, créativité.

Myriam Bendhif-Syllas, Des enfants fantastiques, Lanore, avril 2021 - 120 pages, 9 euros, ISBN. 2851579835


1ère de couverture : Fanny Cheval

21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout